Amitié et Dépression ne font pas Bon ménage

Depression

Je reviens avec un petit article sur mon parcours.

Je pense que vous avez tous lu le titre .

Donc on va aller directement au vif du sujet.

Pourquoi je dis cela, car généralement quand nous sommes en dépression très peu de personnes le comprennent, ils pensent que cela est passagé, que demain ça ira mieux, que ce n’est qu’un petit cou de mou. MAIS malheureusement ils ont tout faux. Ne pas confondre DÉPRIME et DÉPRESSION

Une petite définition est nécessaire :

La déprime est le terme avec lequel la dépression est le plus souvent confondue. On peut lui trouver beaucoup d’autres synonymes hors du domaine médical comme par exemple «coup de blues», «baisse de moral», etc… La plus fréquente de ces déprimes est la déprime saisonnière qui apparaît la plupart du temps au début de la période hivernale où la cause principale est l’absence ou le manque de lumière du jour. Les altérations de l’humeur de courte durée sont fréquentes et normales, de même que le surmenage, le stress ou le deuil suite à une perte douloureuse. Donc la déprime est un état qui nous touche plus ou moins tous car tout le monde connaît des hauts et des bas dans son humeur (notez que ces baisses de moral sont nécessaires, sans elles vous ne connaîtriez pas non plus le sentiment d’être heureux). C’est un état passager et non pathologique qui contrairement à la dépression ne nécessite pas de traitement particulier pour guérir.

Reprenons :

Les personnes dépressives souffrent mais tous ont bien connaissance que leur maladie fait également souffrir leurs proches.

La souffrance morale du malade peut être soutenu, intransmissible, insoutenable et même insupportable. Les proches se sentent démunis, impuissants voire même culpabilisés par cette impuissance d’aider l’autre. Les capacités de gestion des taches de la vie courante sont quasi nulles et c’est à l’entourage d’assumer cette surcharge de travail et de responsabilités. Au bout de quelque temps l’autre « craque » et il y a un déprimé de plus.

Il est fréquemment très difficile de réagir de la façon la plus adéquate lorsque l’on se retrouve confronté à la dépression de l’un de ses proches. Avant tout il faut bannir les phrases les plus culpabilisantes du type « Secoue-toi ! », ou « ça ira mieux demain ! ». La dépression est une authentique pathologie qui ne peut jamais s’expliquer par un simple manque de volonté. Encourager l’autre au dialogue et faire tout pour qu’il ne se dévalorise jamais en répétant à volonté « je ne suis plus bon à rien ».

De plus, le dépressif n’apporte pas que tourment à son entourage, loin de là. Les personnalités des personnes dépressives sont souvent magnanimes, créatrices, sensibles. Etre déprimé c’est avoir la sensation d’être un faible donc un minable. Son corollaire est « je vais m’en sortir tout seul, par la volonté « . C’est faux ! La guérison d’une dépression n’est jamais « liée à la volonté ». Elle peut guérir « spontanément » si les circonstances qui l’ont déclenchée se corrigent ou simplement s’estompent avec le temps mais la volonté n’y est pour rien.

Donc arrêtons de penser que la guérison est entre les mains du patient, car le temps y est pour beaucoup.

MON VÉCU :

La dépression pour moi, niveau amitié a été destructrice.

J’ai perdu beaucoup d’amie, je me suis retrouvée seul non pas seul  car ma famille était là.

Mais mes amies m’avaient abonné, car ils ne comprenaient pas mon comportement, ne comprenaient pas que j’étais malade, alors que je leur disaient tous les jours.

Donc je me suis retrouvée à l’hôpital sans amies, sans soutiens extérieur à ma famille. Ce qui fait extrêmement mal…mais de voir j’ai aussi été confronter à des dires méchants venant d’autres personnes qui ne connaissent rien à la dépression.

Oui j’avais un comportement dur, et bizarre mais tout cela je ne le contrôlait pas .

Mais pourquoi ne pas se renseigner sur la maladie qu’à votre ami, sur les façons d’aborder le problème avec elle ou lui …

Si j’ai un conseil à donner à l’entourage , c’est vraiment d’être patient, et réactifs aux appels du dépressif … Car quand il est trop tard, il est trop tard malheureusement .

Le soutien des proches est un facteur essentiel à la guérison. Donc ne vous sous-estimez pas,  les dépressifs auront toujours besoin de vous même si ils disent souvent le contraire, même si ils vous repoussent.

IMG_8533

Laisser un commentaire