Et si on allait chez le médecin

Pourquoi j’irai chez le médecin de toute façon il pourra rien faire pour moi, il ne retirera pas mon mal, tout ce qu’il va faire: me donner des médicaments pour me shooter et faire semblant de me soigner c’est tout !

Voilà ce que je me disais et ce que beaucoup d’entre-vous se disent!

Mais Malheureusement si vous êtes atteinte de dépression, elle ne s’en ira pas seul…

La première fois que je suis allée voir le médecin, je pensais juste avoir un coup de mou et qu’avec un petit remontant tout irait bien. Donc me voilà dans la salle d’attente, j’étais déjà en arrêt pour une bronchite, ça faisait 1h que j’attendais ( les médecins sont toujours à l’heure, c’est bien connu) voilà c’est à mon tour.

Dr C. me regarde avec un air étonné, en voyant ma tête ( je devais avoir des cernes de 6 jours, pas coiffée, pas maquillée).

Je rentre dans son cabinet,

Dr C. : Ben alors ça ne va pas mieux ta bronchite !

Moi: Sisi mais là mon moral ça va pas du tout, je ne mange plus, ne dort plus, je n’ai plus envie de rien , et je pleure tout le temps ! Que se passe-t-il, je ne comprends pas!

Dr C. : Je pense que vous avez un Petit coup de mou, oui mais ça va aller, je vous donne un anxiolytique, un somnifère et une prolongation d’arrêt, surtout reposez-vous bien .

Moi : Merci docteur, oui j’espère que ça va aller.

2 semaines après je ne vois aucune évolution malgré le traitement, je m’en vais donc sur internet et je me mets à chercher  les symptômes que j’ai! et je vois DÉPRESSION, bien-sur en aucun cas je me suis dis que j’étais dépressive, mais mon père m’avait conseillé d’aller voir un psychiatre quand même car il était plus apte en ce qui concerner les coup de moue etc donc me voilà sur le net entrain de chercher un psychiatre…je ne pouvais pas m’avouer vaincu si je n’avais pas tout essayer(  pourtant  l’envie d’abandonner me pointais au nez).

Psychiatre trouvé à 10 minutes de chez moi ( feignante comme je suis, j’étais content). J’ai mis du temps à appeler le psychiatre, car aller chez le psychiatre signifiait que quelque chose de vraiment pas normal se passait en moi  mais je me décide je pense quelques semaines après à appeler pour prendre RDV . le rendez-vous était le matin à 9h, j’ai dit oui mais le jour du rdv vous je n’y suis pas aller à 9h, la flemme de me lever.

J’ai quand même rappeler pour m’excuser et prendre un autre rendez-vous, plutôt vers 11h.

Me voilà dans le cabinet du Dr B. , je n’y suis pas allée seul mon père m’a accompagné.( j’avais un peu peur) c’était un grand cabinet avec des fauteuils de couleur mauve, (il n’y avait pas de canapé où on s’allonge), des miroirs partout sur les portes des armoires, ( donc tu voyais bien que tu étais malade,  cernée et pas coiffée.)

Nous commençons à nous présentez etc, puis mon père commence à prendre la parole, pour expliquer comment il me voit en ce moment. Il demande à mon père de sortir et me demande de me confier un peu ( car c’était très dure , je ne faisais que pleure ).

Il m’a posé un tas de question  et surtout depuis combien de temps cela dure… Et de la il m’a annoncé ce que beaucoup ne veulent pas entendre que j’étais en dépression… alors j’ai pleuré pleuré, je lui ai dit ce n’est pas possible car je suis quelqu’un de forte. Oui pour moi dépression était attaché à faible ! Il m’a longuement expliqué  que cela n’a rien avoir que cela peut arriver à tout le monde. Alors j’ai tenté d’accepter. Il m’a donné des antidépresseurs, somnifère et anxiolytique ( au début j’avais une petite dose). et je devais venir le voir toutes les semaines.

Plus les semaines passée, plus j’allais mal …Pourtant j’aurai du aller mieux … j’avais augmenté mon traitement … je ne faisais que dormir mais le peut ou j’étais éveillé des idées noir survenaient dans ma tête et j’avais mal partout.

Mais il fallait que je reprenne le travail , un moment donné, il le fallait. mais aussi vite que j’ai mis un pied là bas aussi vite je suis rentrée car je ne faisais que pleurer toute la sainte journée.

Donc du coup retour chez le médecin pour un arrêt  et re-doser le traitement.

Puis ce fameux soir est arrivé.

Au début, c’était un soir comme un autre, je me suis couché vers 22h, pris mes somnifères mais ce soir là j’ai u une grosse grosse angoisse. Je me suis vue partir, j’en pouvais plus de pleurer, j’en pouvais plus de ma vie, de mes douleurs. je voulais que cette chose, ce truc qui me pourrissait la vie sorte. J’ai monté les escaliers et j’ai dit en pleurant à mes parents que j’en pouvais plus. enfin surtout à mon père car c’est lui qui regardait la télé et ma mère a entendu mes pleurs et nous a rejoint. Je leur ai demandé de m’aider car je n’en pouvais plus, de trouver une solution. J’avais mal Putain , mal de leur dire que je n’y arrivais plus que je m’en sortais plus. Mal de les voir s’inquiéter, de les voir triste.

Le lendemain, on a repris un rendez-vous chez le psychiatre et c’est la qu’il m’a expliqué qu’il était possible de l’hospitaliser et la suite de l’hospitalisation est dans l’article ici.

Les médecins  m’ont  toujours bien accueilli bien conseillé et surtout beaucoup aidé. Il ne faut pas avoir peur, peur de parler, peur de dire « j’ai mal », « je ne suis pas bien », « ça ne va pas ». Il y aura toujours quelqu’un pour vous aider, pour vous conseiller, pour vous épauler. Un grand merci à mes médecins qui pour moi m’ont énormément aidé dans ma dépression.

De vous à moi : Je sais à quel point c’est dure de parler de ses faiblesses, je sais à quel point ses dures de demander de l’aide mais  si vous ne voulez pas appeler un médecin, laissez vos proches le faire, laisser vos proches vous emmener , vous accompagner, ne restais pas seul à combattre la maladie, car seul on y arrive pas . Pardonnez vous d’être tomber, Pardonner vous d’être aujourd’hui faible, Pardonnez vous de devoir demander de l’aide ( car je sais que c’est dure)… Vous en avez besoin…

 

Ensemble, on y arrivera

Affectueusement

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Replies to “Et si on allait chez le médecin”

  1. Je lis attentivement tes articles et tes vidéos depuis un moment, mais je n’ai jamais osé laisser un commentaire…
    je me retrouve dans tes mots et dans les différents sentiments que tu exprimes (à quelques symptômes près)
    Ce me Fait me poser pas mal de question au sujet de « cette force » apparente que je dégage mais Qui n’en ai rien…
    Continues tes articles et vidéos tu dois certainement Toucher beaucoup de personne
    (J’ai écris, effacé, réécris puis publié)
    Pas facile de laisser sa trace

    1. merci beaucoup, d’avoir reussi à ecrire car ca me fait du bien de lire <3 merci pour ton soutien 🙂

Laisser un commentaire